Accorder davantage de place aux femmes dans la normalisation pour un monde meilleur

Lu en quelques minutes
Publié le
Partager sur , ,

Selon une récente étude du cabinet de conseil international McKinsey 1), si les femmes assumaient des fonctions équivalentes à celles des hommes sur le marché du travail, le produit intérieur brut mondial annuel pourrait croître de près de USD 28 000 milliards, soit 26 %, d’ici 2025. Dans le domaine de la normalisation internationale, la contribution active des femmes est significative et se traduit de bien des façons. 

À l’occasion de l’édition 2017 de la Journée internationale de la femme, nous avons interrogé quelques-unes des nombreuses femmes qui, au sein de notre réseau, exercent des fonctions dirigeantes et participent en qualité d’experts afin d’en savoir plus sur l’importance de l’engagement des femmes dans l’élaboration des normes.

 

Comment pourrions-nous attirer davantage de femmes vers la normalisation ?
Bronwyn Evans
Bronwyn Evans

Bronwyn Evans, Vice-présidente de l’ISO (finances) : Nous mobiliserons davantage de femmes dans l’élaboration des normes par notre pertinence, notre importance et notre vocation internationale.

Lyne Cormier, Présidente de l’ISO/TC 6, Papiers, cartons et pâtes : Attirer un plus grand nombre de femmes vers la normalisation exige une plus forte proportion de femmes spécialistes dans des domaines techniques où celles-ci sont pour l’heure souvent sous-représentées. Il faut en premier lieu apprendre aux jeunes filles, dès le plus jeune âge, qu’elles peuvent devenir la personne qu’elles souhaitent être et exercer un métier dans la discipline de leur choix, quelle qu’elle soit. Il faut également donner accès à l’éducation à toutes les jeunes filles et les jeunes femmes dans le monde, de l’école élémentaire à l’université.

Angelique Botha
Angelique Botha

Angelique Botha, Présidente de l’ISO/REMCO (Comité pour les matériaux de référence) : Nous devons mettre en avant des femmes qui ont une belle carrière dans la normalisation. C’est, j’imagine, l’objectif de cet article et le propos de la Journée internationale de la femme !

 
 
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes dont la carrière ne fait que commencer ?

Bronwyn Evans : Mon conseil est simple : vous pouvez tout faire. Ayez de l’audace, posez des questions, soyez curieuses et surtout, n’ayez de cesse d’apprendre.

Lyne Cormier
Lyne Cormier

Lyne Cormier : Avoir l’impression que votre contribution a un impact est un formidable moteur, alors essayez de viser des postes ou des projets qui vous offrent la possibilité de changer la donne.

Faites-vous entendre et défendez vos idées. Ne vous attendez pas à ce que votre travail parle toujours de lui-même.

Angelique Botha : Identifiez un bon mentor au début de votre carrière. Cette personne ne doit pas forcément être une femme ou travailler dans votre branche, mais vous devez avoir le sentiment de pouvoir apprendre à ses côtés, que sa carrière est pour vous une source d’inspiration. Évaluez vos profils respectifs au tout début de cette relation de mentorat afin de vous assurer, dès le départ, que vous pouvez travailler de concert pour apprendre l’un de l’autre. Saisissez la moindre opportunité de développer votre réseau, d’apprendre et de vous remettre en question.

 
Quels sont les défis et les avantages de la normalisation ? 
Liu Mei
Liu Mei

Liu Mei, Secrétaire de l’ISO/TC 207/SC 7, Gestion des gaz à effet de serre et activités associées : J’ai été amenée à relever différents défis : acquérir des connaissances dans des domaines techniques, communiquer et travailler en coordination avec différentes personnes, et apprendre à naviguer entre différentes cultures. Avoir la perspective de créer un monde meilleur et prendre du plaisir à travailler avec des personnes du monde entier sont quelques-uns des attraits de la normalisation.

Ranyee Chiang, Présidente de l’ISO/TC 285, Fourneaux et foyers de cuisson propres (voir la photo ci-dessus) : L’élaboration de normes est un véritable défi – notre tâche est de surmonter les divergences d’opinion et de parvenir à un accord mondial. Ces défis présentent également des avantages. Je me suis rendu compte que nombreux sont les normalisateurs qui, en raison de leur expérience de la conciliation de points de vue divergents, sont incroyablement nuancés et pondérés. Ils savent comment gérer les désaccords avec efficacité et en faisant preuve de patience. C’est formidable de faire partie de cette communauté de collaboration.

Paola Visintin
Paola Visintin

Paola Visintin, Secrétaire de l’ISO/TC 270, Machines pour les matières plastiques et le caoutchouc : J’ai été la première femme engagée en tant que responsable technique aux niveaux national et international de l’histoire de l’UNI, j’ai donc été habituée à travailler avec des hommes. C’était, et cela reste, un défi, et si d’un côté je suis traitée avec respect, de l’autre j’ai eu à maintes reprises l’impression que je devais prouver mes compétences, que ce soit lors de réunions ou dans mes relations avec mes collègues. C’est de moins en moins le cas, mais je pense qu’il reste encore beaucoup à faire.

La recherche du consensus est le fondement des travaux de normalisation, et atteindre cet objectif est particulièrement gratifiant. Les experts attendent du Secrétaire qu’il concilie leurs intérêts et j’ai le sentiment qu’ils préfèrent qu’une femme assume ce rôle de médiateur.

Janine Winkler, Secrétaire de l’ISO/TC 274, Lumière et éclairage : Engager au mieux les utilisateurs finals des normes de différents pays est l’un des défis permanents de la normalisation. Pour encourager la participation et favoriser la communication et une compréhension mutuelle, l’ISO/TC 274 s’efforce de tenir ses réunions dans différents pays, partout dans le monde. Le fait d’être au contact de différentes cultures est particulièrement enrichissant et représente une formidable opportunité.

 

Pourquoi les femmes devraient-elles s’engager dans la normalisation ?

Liu Mei : Les femmes devraient s’impliquer dans la normalisation pour contribuer, en s’appuyant sur leur force, à créer un monde meilleur, à promouvoir la vie, le travail ou encore l’éducation, et pour aider la prochaine génération à progresser sur la voie d’un brillant avenir.

Janine Winkler
Janine Winkler

Janine Winkler : Travailler dans la normalisation donne aux femmes la possibilité d’être en contact avec d’autres experts de premier plan dans leur domaine, ce qui leur permet de développer leur réseau – un atout en termes de carrière.

Ranyee Chiang : Partout dans le monde, les femmes et les filles sont bien plus touchées par la pauvreté et par le manque d’infrastructures que les hommes et les garçons. La normalisation peut nous aider à alléger ce fardeau et à parvenir à l’égalité entre hommes et femmes en rassemblant le monde pour établir des solutions et des objectifs partagés. Parce que ces objectifs partagés sont définis par tous ceux qui participent à la normalisation, il est indispensable que le processus de normalisation inclue les femmes.

 

L’ISO remercie l’ensemble des femmes qui, partout dans le monde, contribuent à la normalisation internationale. Nous espérons que l’exemple de ces femmes, personnalités dirigeantes et expertes, qui participent aux travaux de normalisation internationale, sera une source d’inspiration pour d’autres femmes et les incitera à faire carrière dans ce domaine. Bonne Journée internationale de la femme !


1) Source: The Power of Parity, September 2015, McKinsey Global Institute, Mckinsey & Company

 

Maria Lazarte
Maria Lazarte

PRESS CONTACT

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.